Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 10:14

 

                   Francis MBELLA's Exhibition: "THE COLOUR AND THE FAITH" in UNESCO-Paris, November 2003

 

PHOTO (6)photo (1)

                                   UNITED NATIONS EDUCATIONAL, SCIENTIFIC AND CULTURAL ORGANISATION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                       ACTION AND THE MEANING OF ART ?

 

       What then is art, if the idea of beauty which confuses everything, is rejected? In order to define art precisely, you must start by ceasing to consider it a means of pleasure and viewing art instead as one of the condiitions of human life. Considered this way, we can not avoid concluding that art is one of major means men have of communicating with each other.

  photo (4)     All works of art function in this way, the audience, to a certain extent, enters into communication with its creator, and with all others who, before or after him, received or will receive the same artistic impression.photo (2) Art  functions like words, wich link men together by expressing their thoughts and their experiences. But this means of communication is specific and differs from the word through wich man communicates his thoughts, whereas by art man communicates his feelings. 

 

 

PHOTO (7)

photo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Art operates through the fact that a man who perceives through hearing or through sight the feelings expressed by another man, is able to feel the same things as he who expressed them. photo (3)

 

                                                                                                                                                  Art Reflex International (Archives)

 

 

Partager cet article

Repost0
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 20:42

   The aesthetic observer is not a normal being. Man's basic animal existence is one of work and struggle. He struggles continuously to avoid death from hunger and attacks from the wild beasts which stalk the jungle of life, he works

ceaselessly to conquer woman, to win riches and to assure himself a good place in the world. And all of a sudden, in the midst of this ceaseless battle for survival in which the weak are forced to go to the wall, each of us, at some time will pause in a moment of quiet to observe another human being or perhaps a landscape or maybe a work of art, even though be of little material advantage to him. In the war we wage to survive, the moment comes when we pause and observe and an absolute perfect peace descends:   WHY ?

 

 

 

                                                 photo (1)                                                                                                                                                                               

   

 

                            Edith MBELLA and Francis MBELLA, Exhibition in Paris "REFLECTIONS OF COLOR"                                    

                                                                   October 1985 - Hotel Sofitel Sèvres

Partager cet article

Repost0
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 17:44

 

 

                          JAZZ CONCERT IN LAUSANNE - SWITZERLAND , "THEATRE DE BEAULIEU", 06 JUNE 2003

 

 

              Art is another way of resting from work while indirectly sharing feelings in a social context. It always takes two people for there to be an art experience.. The creator of the work of art and the receiver, who can be a spectator or a listener. The artist creates while the other receives. This is the aspect which is particular to art, in that it is experienced passively; for being entertained through art means having nothing to do, it is enough just to look and listen in order to feel pleasure and to be entertained. That no effort is needed, because the artist is in full control, is exactly what separates artistic activity from activity of other kinds.

 

PHT 2

 

                Francis MBELLA, Guest of Honour, with Doctor Gabs and his band, Rhoda Scott and Robert Palmer

Partager cet article

Repost0
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 16:56

                                                                                         A QUOI SERT L' ART ?

 photo

 

    En vérité, le rôle de l'Art est beaucoup plus important. On pourrait dire que de la même manière que l'organisme ne saurait vivre sans échanges avec le monde extérieur (par exemple à travers la respiration), l'Art est nécessaire à la vie mentale, pour laquelle il constitue une sorte de respiration.

     L'Art est en définitif le moment de l'éxteriorité, il dévoile la vérité elle-même. La finalité de l'Art est de réapprendre ce qu'est le visible.

Mon but: c'est de restaurer cette dimension de vérité perdue par l'abus et la dictature de l'intelligible, autrement dit, de ravirer le réalisme que l'Art avait perdu depuis que le sensible était  " inférieur" à l'intelligible.

PHT-5.jpg

 

                                   La beauté joue un rôle capital dans la prise de conscience commune. 

                                                                                                                                                            Francis MBELLA                                                                                                                                                                                                 

      PH 5

 

                                                                                                                                                              

Partager cet article

Repost0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 22:42

 

 

FRANCIS MBELLA FASHION SHOW AT THE LOUVRE CARROUSEL IN PARIS IN FAVOR OF CHILDREN AFFECTED BY SICK CELL - DECEMBER 2003

ph-3.JPG

 

  And art had always allowed one to follow the visible tracesof thought processes, it now seems clear it can do more even than that. It is the traces of the whole interior life of the spirit which it can give form to. Previously man thought merely in a clear and rational way and art was often reduced nearly to illustrating it. Now after the long journey along the road of individualism, man is fascinated by what till than had escaped him, everithing beyond the relatively exclusive boundaries which respect for reason alone had enclosed him in. ph-4.jpg

               This loose vague world in which interior life finds all of its opportunities even at an early unconscious level is his and that of our time as well.

                And in the new traces it follows driven to find unknown riches art becomes his official companion the only one able to adapt to all circumstances and unexpected expressions which doubtless accounts for the increasingly important role it plays in today's intellectual life.

                Art use to be attempted to be explained trrought society whereas it is art itself which really explains how that society feels and develops and functions. Art used to be considered an ornament, an accessory to social life which is true but it would be more useful by far to analyse its real purpose and function in our society.

                PHT 4

               Art is the best way of allowing the unconscious to speak.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 11:12

 

 

                Plastic shades and subjective relief, Francis MBELLA is from France-Cameroon. Born December 18, 1961 in Douala, Sculptor-father and mother a seamstress, fashion designer, graduate of the Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts in Paris, he devoted himself to painting from its beginnings in search of new forms of expression and rose to prominence in 1987 as a painter of relief, throught his technical Tapioca (cassava flour).

                Cultural Merit from the city of Paris in 1990 and Cultural Merit of the State of California in 1994, he won a third time this distinction in June 2004 to UNG, United Nations in Geneva. imm022.jpg

                 There are two techniques in his work.

          1. Tapioca (alliance of cassava flour with oil or acrylic) to reflect the accuracy of sensations: the real is transfigured by emotion, subjectivity.

          2. The technique of inkcolors, a prospective method of objectification of feelings expressed by a superposition of work surfaces and levels. The artist builds on geometric forms, the construction of surfaces and the balance of volumes.imm019.jpg

                  Around these new forms of expression, creative vigilance against the straightness of changing forms and matter for consumption of artistic production that is not encumbered symbolic connotations but reflects the very ability of its contents.

                 Reflexes chromatic expression of that thought dear to the artist who creates in his audience to think that power the individual as part of general around several books such as "small talk on the work painted" published by Pascal Merlot in 1987, a book on the theory and the psychology of art, "The Reflections of Color" published by CIP in 1988, and his latest book published in French and English, on Arts Education "The Treaty of Aesthetics" published by Menaibuc.

              He also directed a number of exhibitions and conferences in Paris, Moscow, Anvers, Geneve, Lausanne, Berlin, Douala, Yaoundé, Hamburg, Cologne, London, Munich, Los Angeles, Tampa, Orlando and Clearwater.

             Francis Mbella is among those who think that art is important. In the sameway that the body cannot live without exchange with the outside world, throught breathing, for example, art is necessary for the mental life for which there is a kind of breathing. Its role and relevance only discovered by the gateway of a philosophical and spiritual. And it's the human condition and its principle that it is necessary to consider whether we want to measure its place.

imm024.jpg

 

PERMANENT EXHIBITION IN USA

MARGARITE SICARD GALLERY

508 Winter View LN

CHATTANOOGA TN 37407

Email: mmsicard@comcast.net

 

 

Partager cet article

Repost0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 15:17

 

 

a 002

                                                     L'ART ENTRE LE MOI ET L'UNIVERS

 

   Il ne suffit pas de faire le tour d'un problème et de voir comment il se présente. L'enquête réclame une conclusion. L'art nous a peut-être laissé déchiffrer ses ressources et ses modalités, le pouvoir de création que l'homme y trouve et le pouvoir que l'homme y trouve d'explorer l'homme. Mais il ne servira qu'à satisfaire les curiosités de la connaissance, tant qu'il n'aura pas été sommé de révéler sa fonction et son but. Lourde question, qu'il est déjà téméraire de poser, et à laquelle il l'est encore plus, d'espérer trouver réponse satisfaisante.

 

   A quoi sert l'art ? ont souvent demandé les esprits positifs. Ceux-ci ne risquent pas de rencontrer la réponse tant qu'ils resteront enfermés dans les limites étroites de leur positivisme, et qu'ils entendront continuer d'ignorer les exigences essentielles de la vie humaine.

  a

 

   Nous avons des fonctions organiques: nous avons besoin d'aliments pour nous nourrir, nous avons besoin d'air pour respirer... Mais il est tout aussi évident que nous avons des fonctions spirituelles qui doivent aussi impérieusement être assurées. Il serait donc arbitraire, dans cette complexité de l'homme, qui va du corps à l'âme, de ne vouloir tenir compte que de ses rapports avec le monde physique. En chaque homme et entre tous les hommes est établie une réalité morale qui réclame de vivre et de s'épanouir par ses moyens propres et pour ses fins propres.

 

   Sur ce plan, l'art apparaît absolument essentiel. La preuve en est qu'il n'y a pas eu, depuis les origines, une seule société humaine qui ait pu se passer de l'art et qui ne lui ait trouvé une forme à son échelle. Voilà qui suffit sans doute à écarter toutes les doctrines qui feraient de l'art un enjolivement de la vie, tout autant que celles qui le définissent comme une activité de jeu, l'entachant ainsi d'un soupçon de gratuité.

 

   En vérité, le rôle de l'art est beaucoup plus important. On pourrait dire que de la même manière que l'organisme ne saurait vivre sans échanges avec le monde extérieur (par exemple à travers la respiration), l'art est nécéssaire à la vie mentale, pour laquelle il constitue une sorte de respiration. Son rôle et son utilité ne se découvrent que si l'on se hausse jusqu'au plan philosophique. Et c'est la condition de l'homme, en son principe, qu'il est nécessaire d'envisager si l'on désire mesurer la place que l'art y occupe.

a 004

L'homme est jeté dans l'univers. L'homme est conscience, il ne connait que lui-même, ou ne connait qu'à travers lui-même. L'univers l'entoure, l'enveloppe, l'assaillit, agit sur lui et subit ses réactions, mais il lui reste inconnu, en dehors de ces rapports pratiques, parce qu'il est d'une autre nature que l'homme. D'une part, la connaissance que l'homme a de l'univers ne se réalise pas vraiment que par la conscience, phénomne d'ordre totalement immatériel, et cette conscience est vécue par lui comme une modulation de la durée. Au contraire, l'univers, tel que nous l'atteignons déjà en notre corps, qui nous sert d'intermédiaire, et par nos sens qui complètent cette relation, se présente en termes d'espace, d'un espace occupé par la matière, animée elle-même par la vie.

 

D'autre part la conscience tend à se confondre avec le moi, qui est l'unité même, puisqu'il vacille dés que cette unité est ébranlée. L'univers, au contraire, est l'image de la multiplicité infinie. Deux réalités qui n'ont donc que des rapports de contingence, se dinstinguent, s'affrontent, se heurtent. Tout au plus, le moi présume-t-il, sous leurs apparences corporelles, l'existence d'autres "moi", analogues à lui et jetés dans une situation analogue. On pourrait dire que tout se ramène àn trois éléments: le moi, les semblables, qui en même temps sont déjà "les autres", puis, en face, énorme, écrasant, l'autre, c'est-à-dire l'univers.

 

   Notre moi, par l'action de son corps, peut atteinde cet univers physique et y entraîner des modifications. Il peut même développer une faculté de sa conscience, l'intelligence, qui lui permet d'élaborer une représentation de l'univers selon des lois qui reflètent son fonctionnemment et qui, en même temps, ramènent à cette unité, base de la conscience et du moi. Le gouffre qui sépare les deux réalités, la réalité intérieure, unitaire et d'ordre spirituel, et la réalité extérieure, multiple et d'ordre physique, ne peut être comblé. Tout au plus peut-on jeter sur lui les passerelles de la connaissance (poussée jusqu'à la science) et de l'action. L'art en est une.

                                                                                                                                                                  Francis MBELLA

 

Partager cet article

Repost0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 21:54

 

 

finissage-fg-st-honore--37-.jpg                La création de l'oeuvre d'art est le point d'aboutissement non pas d'une spéculation intellectuelle de la part de l'artiste, mais d'une conduite essentiellement technique. Toutefois,il est aussi certain que la technicité seule n'a jamais permis à un artiste, quel qu'il soit, de réaliser une oeuvre communicable. L'artiste appartient à la société dans laquelle il vit. Il ne possède pas de cette société une expérience identique à celle d'un mathématicien ou d'un littérateur. Mais il est tout à fait arbitraire de décider laquelle  des expériences, celle du physicien, celle du biologiste, celle du mathématicien, celle du poète, celle du juriste, est supérieure aux autres; le problème ne se pose pas en termes de supériorité ou d'infériorité. Toutes les activités sont égales en valeur. Le seul critère de qualité doit être cherché non pas dans une comparaison entre choix des disciplines et des matériaux, mais dans la plus ou moins grande perfection d'utilisation de ces matériaux et des techniques qui ont été retenues pour élaborer par l'utilisateur. D' où il résulte que, sans adopter de nouveau une conception normative du beau, on peut cependant penser que l'étude de l'oeuvre d'art, et la sociologie de l'art, implique l'évaluation de la pertinence et de la qualité des liaisons internes de l'objet créé par l'artiste. On voit ainsi qu'une sociologie de l'art digne de ce nom, et capable de revendiquer un caractère scientifique, implique,  non pas la prise en considération de la dispersion dans la société d'objets considérés comme miraculeusement  créés, mais une approche nouvelle d'une certaine catégorie d'objets; les objets figuratifs et les monuments, en considération de cette idée que l'artiste représente une des formes d'activité fondamentales de l'esprit. C'est par conséquent, au niveau d'une analyse approfondie des oeuvres que peut seulement se constituer une sociologie de l'art.

                                                                                                                                                              Francis MBELLA

Partager cet article

Repost0
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 23:33

 

 

CCF26022012 00000L' ESPACE D' ART FRANCIS MBELLA, EST UN LIEU D' UNE INTENSE REFLEXION.

Partager cet article

Repost0
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 11:43

 

 

                                               L' oeuvre d'art est la plaque tournante vers laquelle convergent la totalité des lignes de force qui traversent le domaine des beaux-arts. De là  son importance cruciale pour le philosophe, pour le psychologue, pour l' artiste même. De là egalement sa complexité et en particulier la diversité de ses méthodes.  FMfinissage-fg-st-honore--64-.jpg

Partager cet article

Repost0